​​Communiqué de presse du Front National

| Communiqués - 5 janvier 2018
  • Front National - Officiel

Officiellement en déplacement en France pour évoquer les conséquences de la guerre en Syrie, le président Recep Tayyip Erdogan est officieusement venu chercher un soutien de la part d’Emmanuel Macron pour relancer le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.
Persona non grata dans plusieurs capitales européennes, l’autocrate islamiste turc sait pouvoir compter sur ce dossier sur l’écoute du président de la République.
Cette manœuvre dangereuse doit être dénoncée à plusieurs titres :
Outre les raisons historiques, géographiques ou encore culturelles qui rendent incompatibles l’appartenance de la Turquie à l’espace européen, les dérives du régime de l’AKP, doivent mettre un terme définitif aux négociations d’adhésion à l’Union européenne.

Emmanuel Macron ne peut en effet ignorer la radicalisation politique du pouvoir qui a conduit depuis plusieurs années à des arrestations, épurations et purges massives dans la plupart des institutions publiques (armée, police, justice, système éducatif, haute fonction publique), ainsi que de nombreux secteurs de la société civile.
De même, la confessionnalisation de la société turque menée à marche forcée par l’AKP, le parti de M. Erdogan, l’éloigne des critères et valeurs sur lesquels se fonde l’appartenance à l’Union européenne.
La réforme des programmes scolaires et l’intrusion du fait religieux, l’aval donné aux autorités religieuses de célébrer les mariages civils ou encore le projet avorté de favoriser le mariage des mineures, sont autant de signaux d’alerte qui rappellent les restrictions progressives des libertés fondamentales et l’islamisation de la société turque.

Par ailleurs, Il serait pour le moins incompréhensible que le gouvernement français se fasse l’avocat d’une candidature turque à l’Union européenne, alors même que ce pays occupe militairement une partie d’un pays membre de l’UE (Chypre).

Discuter avec la Turquie est une option, l’aider à intégrer l’espace européen, une faute politique majeure que le Front national ne cessera de dénoncer.

Par | 2018-01-06T18:24:02+00:00 5 janvier 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :