Agression de sapeurs-pompiers, une réaction urgente s’impose

| Communiqués - 13 septembre 2018
  • Wallerand de SAINT JUST

Communiqué de Wallerand de Saint Just, président du groupe RN IDF à la Région Île-de-France

La lettre qu’a adressée le général Jean-Claude Gallet, commandant de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris, à l’ensemble des soldats du feu sous ses ordres, pose un certain nombre de questions.
Après la mort tragique du caporal Geoffroy Henry poignardé au cours d’une intervention à Villeneuve-Saint-Georges, il est urgent d’agir et de dépasser les clivages partisans et les rivalités pour assurer la sécurité de ceux dont l’engagement n’est rien moins que de sauver nos vies.

Deux axes prioritaires sont à développer : l’unification des numéros d’appel d’urgence en Île-de-France. Il est incompréhensible que les appels au SAMU ne soient pas gérés par la plateforme unique regroupant déjà les autres services (pompiers et police).
Cet archaïsme a joué de toute évidence un rôle dans le drame de Villeneuve-Saint-Georges et ne saurait être toléré plus longtemps.
La sécurité physique des soldats du feu est aussi en question, quand on sait que ces deux dernières années, le nombre de pompiers agressés à Paris et en petite couronne est passé de 114 en 2016 à 198 en 2017 et atteint déjà 160 pour 2018. Soit une agression tous les cinq jours.

Si le problème de la gestion des appels d’urgence doit être résolu dans les plus brefs délais par des solutions techniques, l’explosion de la violence envers nos pompiers est le symptôme de dérèglements beaucoup plus profonds.
L’ensauvagement de notre société, sur fond de sentiment absolu d’impunité, est ici directement en cause. A rebours de la politique de laxisme de madame Belloubet, les circonstances aggravantes et les peines doivent être renforcées s’agissant des agressions de fonctionnaires.
Un système d’accompagnement par les forces de l’ordre pour les interventions les plus dangereuses peut être envisagé.
Dans tous les cas il est urgent d’agir, car, comme l’affirme le général Gallet : « Une société qui ne protège pas ses anges gardiens est vraiment malade ».

Par | 2018-09-13T13:34:11+00:00 13 septembre 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Wallerand de Saint Just
Wallerand de Saint Just

Voir tous les articles de