Annonces de Valérie Pécresse en matière de santé : proximité avec la presse, mais pas vraiment avec les Franciliens

| Communiqués - 22 juin 2018
  • Wallerand de SAINT JUST

Communiqué de presse de Wallerand de SAINT JUST, président du groupe FN-IDF à la Région-Ile-de France

Au cours de la présentation de son « Plan solidaire », Valérie Pécresse a effectué plusieurs propositions en matière de santé pour les Franciliens, indiquant vouloir « construire 10.000 logements sociaux supplémentaires » pour « fidéliser les infirmières ou les aides-soignants » alors que « l’Ile-de-France est le premier désert médical français » à cause « de temps de transports trop longs».
Ces déclarations à la presse masquent difficilement l’aggravation des conditions de l’accès aux soins en IDF depuis le début de la présidence de Valérie Pécresse à la Région Ile-de-France :
– Valérie Pécresse a favorisé la création de groupements hospitaliers en fermant de nombreuses antennes locales généralistes, créant une spécialisation excessive des nouvelles unités et appauvrissant les possibilités d’accès aux soins à l’échelle de proximité.

– Valérie Pécresse a baissé les crédits alloués à la lutte contre les déserts médicaux de 0,2 M€ dans le budget 2018 (-5%), arguant qu’elle était à court de projets et d’idées pour résorber ce phénomène.

– Valérie Pécresse a effrité dans le budget 2018 les crédits alloués au dispositif de télémédecine de 50%, à 50 000€, montant dérisoire pour une ambition dite régionale dispositif mort-né.

– Valérie Pécresse a considérablement diminué dans le budget 2018, les bourses à l’installation médicale des professionnels de santé : 220 000 euros (diminution de 32%).
Baissant complètement les bras sur le sujet, la Présidente du Conseil régional n’a souhaité expérimenter aucune des nombreuses propositions du groupe RN-IDF.
Il existe beaucoup d’actions à entreprendre en matière de santé pour l’Ile-de-France, mais elles nécessitent une approche sur le long terme, à l’ombre des shows télévisés…
Au cours de son intervention chez M. Bourdin hier matin, Madame Pécresse a cru bon de faire diversion en reprochant au groupe RN-IDF son opposition au financement d’associations pro-migrants, suggérant que le RN ne se soucie pas des questions de santé les concernant. Cet amalgame trompeur ne lui procure pas le monopole de l’humanisme. En effet, le groupe RN-IDF se bat à chaque session pour promouvoir la dignité de l’être humain, dans le respect des capacités d’accueil propres à notre pays. Mme Pécresse n’a pas été élue par une communauté internationale de migrants. Les Franciliens ont le droit de lui réclamer l’attention qu’ils méritent, par une plus grande proximité avec leurs préoccupations.

Par | 2018-06-22T11:03:38+00:00 22 juin 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Wallerand de Saint Just
Wallerand de Saint Just

Voir tous les articles de