Arbitrages financiers du gouvernement pour la rentrée : communiqué de Marine Le Pen

| Communiqués - 27 août 2018
  • Marine Le Pen

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Rassemblement National

Le 26 août 2018, le Premier ministre Edouard Philippe a esquissé les arbitrages financiers du gouvernement pour la rentrée et ainsi qu’une série de mesures qui entreront en vigueur au cours de l’année 2019.

Après avoir annoncé une bonne nouvelle symbolique pour les salariés qui ne paieront plus de cotisations sur leurs heures supplémentaires dès septembre 2019, c’est un véritable coup de massue social que l’exécutif envisage d’administrer à nouveau aux classes moyennes et populaires. D’ores et déjà ce ne sont pas moins de trois prestations sociales majeures qui vont être sérieusement rabotées : l’APL, les allocations familiales et les pensions de retraite dont les revalorisations se feront à un rythme (0,3%) très faible par rapport à une inflation qui s’accélère (2,3%).

Concrètement cela signifie une perte de près de 2% de pouvoir d’achat pour une très grande partie de nos concitoyens. De leur côté, les emplois aidés vont encore voir leur financement diminuer : seulement 200.000 budgétés pour 2018, après 320.000 en 2017 et 459.000 en 2016. L’assurance-chômage est elle aussi sur la sellette sa dégressivité étant désormais évoquée, au moins pour les cadres. Enfin, les effectifs de la fonction publique continuent de fondre : 4500 postes pour 2019 et 10.000 en 2020.

Ces nouvelles mesures viennent s’ajouter à celles déjà exécutées dans le budget précédent et qui ont entraîné une ponction de 4 Mds EUR d’impôts et de taxes supplémentaires depuis un an. Le président de la République poursuit donc une ligne caractérisée par une injustice sociale doublée d’une inefficacité économique.

Injustice sociale d’abord, car le gouvernement prend beaucoup à ceux qui ont peu et prend peu à ceux qui en ont beaucoup. Cela est d’autant plus vrai qu’aucune contribution supplémentaire n’est envisagée pour les Français les plus aisés qui continuent à être soigneusement préservés de cette politique confiscatoire.

M. Macron apparaît ainsi fort avec les faibles et faible avec les forts. Inefficacité économique ensuite car en ciblant les classes dont la propension à consommer est la plus forte, à savoir les classes moyennes et populaires, le choc fiscal du budget 2018 a cassé la dynamique de croissance, transformant l’« alignement des planètes » en éclipse pour l’économie française. La poursuite de cette logique malthusienne n’augure rien de bon pour l’économie ni même pour l’exécution du budget dont les prévisions de croissance étaient déjà fort optimistes.

Ne voulant pas mettre en place l’arrêt de l’immigration ruineuse et une véritable stratégie de réindustrialisation de la France qui seule pourrait garantir une assiette fiscale plus importante, le gouvernement s’enferme dans la spirale vicieuse d’une fiscalité usurière pour les plus modestes de nos compatriotes.

Par | 2018-08-27T17:16:44+00:00 27 août 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Marine Le Pen
Marine Le Pen
Présidente

Voir tous les articles de