Communiqué de presse du Rassemblement National

| Communiqués - 17 juillet 2018
  • Rassemblement National

Belloubet et la « Banque de la démocratie » : désinvolture et reniement

En annonçant au détour d’une intervention parlementaire l’abandon pur et simple de la « banque de la démocratie », la ministre de la Justice Nicole Belloubet démontre dans quel mépris elle tient le parlement et la démocratie.

Vers une dictature technocratique ?

Cette annonce tient du mépris total du parlement. L’instauration d’une banque de la démocratie relève d’une loi et le devoir d’un gouvernement démocratique est de mettre en application les lois. Il est d’ailleurs piquant de constater que ce refus délibéré d’exécuter la volonté du législateur vient de la ministre de la Justice, celle justement qui a en charge l’application de la loi. Le second fait significatif est de voir cette loi bafouée après un rapport de l’administration. En reconnaissant de fait la supériorité de l’opinion administrative sur la volonté nationale, le gouvernement montre qu’il fait tout doucement basculer la France vers une dictature technocratique.

Le mépris assumé de la démocratie

Mais cette annonce désinvolte sur la forme relève également sur le fond d’un mépris profond de la démocratie par le gouvernement Macron. Cette disposition instaurant la « Banque de la démocratie » à la demande de la quasi-unanimité des formations politiques visait, en effet, à libérer le système politique de la tutelle des établissements financiers. En renvoyant le financement des campagnes électorales à la discrétion du monde de la finance, les hauts fonctionnaires de Bercy, servilement relayés par la ministre de la Justice, ont décidé de maintenir cette tutelle pour le moins contestable. Cela est d’autant plus pervers que l’instauration de la Banque de la démocratie avait servi de prétexte à la restriction des autres ressources des partis politiques, comme la limitation des prêts de particuliers, de nouvelles restrictions sur les dons ou l‘obligation de contracter des prêts au sein de l’ UE.

Mobilisation pour la démocratie

Le Rassemblement National qui a fait du combat pour la démocratie française une des bases de son action, demande l’application de la loi votée par le parlement. A défaut, il exige que soient revues les restrictions au financement des partis.
Il appelle tous les démocrates à se mobiliser contre l’inquiétante dérive autoritaire qui bafoue les lois et les règles élémentaires de la démocratie.

Par | 2018-07-17T10:31:30+00:00 17 juillet 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Rassemblement National
Rassemblement National