Implantation de Science Po au Kenya : Conformisme et absence de vision

| Communiqués - 22 février 2018
  • Louis Aliot - Officiel

Communiqué de presse de Louis Aliot, Député des Pyrénées-Orientales

Science Po, grande école française, a annoncé sa décision d’implanter son premier bureau en Afrique à Nairobi, au Kenya. Cette décision d’ouvrir leurs premiers bureaux africains en Afrique anglophone n’est que la suite logique de l’adhésion à l’idéologie mondialiste de la direction de cette école, implantée à New York, Singapour ou encore Bombay, tous temples du globish qui suscite tant d’admiration et de dévotion au sein des élites françaises qui ont renoncé à considérer la France comme un grand pays.

Alors que d’autres grandes écoles, comme HEC, ont fait le choix de l’Afrique francophone, afin de miser sur leur notoriété en francophonie, Science Po s’enferme dans un prisme anglo-américain qui ne lui est d’aucune utilité, ne promouvant ni le modèle des grandes écoles françaises, et ne jouissant que d’une faible notoriété dans des pays anglophones où elle sera impitoyablement concurrencée par Harvard ou Oxford.

Ce manque de vision stratégique se trouve aussi dans les justifications économiques de l’école, qui occulte complètement le fait que la croissance africaine est portée essentiellement par l’Afrique francophone, celle-ci ayant enregistré en 2017, de nouveau, les meilleures performances économiques du continent avec un taux de 3.2% de croissance, contre 2.1 pour le reste de l’Afrique subsaharienne d’après la Banque Mondiale.

Il est inquiétant qu’une école française aussi prestigieuse, par cette implantation conformiste et aveugle, dédaigne complètement la francophonie au profit d’une anglomanie contreproductive que rien ne peut encore justifier. Les grands établissements universitaires français se doivent de mener une politique de partenariat utile permettant de défendre la singularité française dans le monde, et non se contenter d’être les faire-valoir du mondialisme anglo-américain.

Par | 2018-02-22T12:02:25+00:00 22 février 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :