Initiative citoyenne” pour davantage de migrants : la Commission européenne n’entend qu’un seul son de cloche !

| Communiqués - 16 février 2018
  • Nicolas Bay - Officiel

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Co-Président du groupe Europe des Nations et des Libertés au Parlement européen. Vice-président du Front National

Mercredi 14 février, la Commission européenne a annoncé avoir validé l’initiative citoyenne européenne poussée par des groupes de pression (ICE) favorable à l’accueil de migrants en Europe. Les organisateurs demandent notamment à la Commission d’« offr[ir] un soutien […] aux groupes locaux venant en aide aux réfugiés » et d’« empêche[r] les États membres de punir les bénévoles ». Les signatures de soutien seront collectées sur un an ; si elles dépassent le million, la Commission aura trois mois pour réagir.

Les auteurs de cette ICE veulent donc que la Commission contraigne les États membres de l’UE à subir la submersion migratoire. Ainsi, Bruxelles pourrait forcer la France à modifier sa loi qui prévoit des sanctions pour ceux qui viennent en aide aux clandestins.

Les bureaucrates de Bruxelles ont déjà fait preuve de leur écœurant parti pris : alors que la Commission a rejeté l’ICE contre le TAFTA (ou TTIP), malgré plus de 3 millions de signatures, elle encourage les ICE qui vont dans son sens, comme le « Minority SafePack » qui prône plus de « diversité » extra-européenne en Europe.

La démocratie n’existe que dans le cadre national. Bruxelles n’a pas à imposer une vision partiale du droit pénal aux nations, et encore moins à soutenir les citoyens ou les clandestins qui violent nos lois. Ces nouvelles tentatives de destabilisation rappellent l’urgence de rompre avec un modèle qui nie la liberté et la souveraineté de nos nations.

Par | 2018-02-16T10:17:24+00:00 16 février 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :