La « conditionnalité » : une nouvelle arme de l’UE contre la résistance des nations.

| Communiqués - 3 mai 2018
  • Front National - Officiel

Communiqué de presse de la délégation FN au Parlement européen

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a présenté au Parlement de Bruxelles, le 2 mai, les grandes lignes du futur « cadre financier pluriannuel » qui régira les budgets de l’UE après 2020.

Le départ du Royaume-Uni, qui était l’un des principaux contributeurs au budget de l’UE, aurait dû l’amener à revoir ses prétentions à la baisse. En eurocrate zélé, Juncker a fait exactement le contraire : il propose d’augmenter le budget de l’UE en le faisant passer de 1% à 1,11% du Produit Intérieur Brut de l’ensemble des États membres. La solution qu’il préconise pour financer cette augmentation est de recourir à de « nouvelles ressources propres », autrement dit à la création de taxes et impôts européens.

Mais il y a pire : Juncker profite en effet de cette discussion financière pour proposer d’instituer la « conditionnalité ». Sous ce mot anodin, il s’agit de doter l’UE d’une nouvelle arme destinée à vaincre la résistance des États qui, comme la Hongrie ou la Pologne, refusent de céder à ses diktats. Le mécanisme imaginé est simple : les subventions européennes aux États membres de l’UE seraient désormais subordonnées au respect par ceux-ci des règles européennes, notamment de celles imposant la submersion migratoire. En clair, tout État qui voudra protéger ses frontières en refoulant les migrants illégaux se verra privé de ses subventions !

Le centriste belge Guy Verhofstadt, grand spécialiste de l’eurocratie et futur allié du président Macron, s’est aussitôt félicité de ce nouveau mécanisme qu’il analyse comme un vecteur supplémentaire du respect de l’État de droit. La délégation FN y voit quant à elle un odieux outil de chantage contre les nations, révélateur de la dérive autoritaire de l’UE, et s’y opposera de toutes ses forces.

Par | 2018-05-03T11:02:31+00:00 3 mai 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :