Langues régionales ou minoritaires : une dangereuse brèche dans la République

| Communiqués - 29 janvier 2014
  • Marion Maréchal Le Pen

Communiqué de Marion Maréchal Le Pen et Gilbert Collard

Nous avons voté contre la proposition de loi socialiste visant à ratifier la Charte du Conseil de l’Europe sur les langues régionales ou minoritaires, dont le vote en première lecture a eu lieu hier après-midi.
Alors que de plus en plus d’élèves ne maîtrisent pas ou mal le Français, ce texte créerait en matière d’enseignement une véritable usine à gaz, obligeant notamment de dispenser des cours dans les plus de 70 langues régionales reconnues !
Sous couvert de faire vivre, à juste titre, l’identité régionale au travers des langues comme le breton, le basque ou les langues d’Outre-Mer, cette charte prépare l’ouverture de droits très larges aux langues minoritaires non-territoriales, comme l’arabe ou le romani.
Déjà, un rapport officiel remis à la ministre de la culture en juillet dernier annonce en effet l’évolution des politiques publiques en ce sens. Certains élus de la majorité, notamment communistes, réclament de manière « urgente » des enseignements en arabe ou en chinois au sein des cursus d’enseignement, ainsi que la reconnaissance des langues de tous les migrants.
Il s’agit donc d’un texte susceptible de menacer l’unité de la France et l’assimilation républicaine. La gauche joue une fois de plus avec le feu pour satisfaire sa stratégie électorale en faveur des minorités.

Par | 2014-01-29T20:06:02+00:00 29 janvier 2014|Communiqués|

À propos de l'auteur :