Le maire d’Aimargues menacé de mort par des gens du voyage : ça suffit !

| Communiqués - 29 juillet 2013
  • Gilbert Collard était l’invité de Pascale Clark sur France Inter

Communiqué de presse de Gilbert Collard, Député du Gard

A la suite des événements survenus à Aimargues le 28 juillet 2013 du fait d’un coup de force des gens du voyage (cf : article du Midi Libre), j’apporte tout mon soutien à M. Jean Paul FRANC, Maire d’Aimargues.

Il serait temps de faire respecter la loi.

C’est se moquer du monde que d’entendre ceux-là même qui violent la loi délibérément oser faire appel à elle,… par un artifice, contre le premier magistrat de la ville.

Il serait temps que M. le Préfet et M. VALLS se préoccupent aussi des conditions de vie des habitants d’Aimargues et des autres communes qui subissent les coups de force d’une population qui s’installe où elle veut, comme elle veut, quand elle veut, au mépris des lois et des convenances.

Il est intolérable qu’un Maire, Officier de Police Judiciaire, soit menacé et empêché de faire respecter la loi sans qu’immédiatement toutes les mesures soient prises pour rétablir l’ordre Républicain.

********

QUESTION ÉCRITE

Ministère interrogé : Ministère de l’Intérieur

Question n° 30-00825

M. Gilbert Collard attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les carences persistantes de vos services dans le département du Gard.

Une fois encore, il porte à votre connaissance que le Dimanche 28 juillet 2013 à 10h30, Monsieur Jean Paul Franc, Maire et Premier magistrat de la commune d’Aimargues(30) a été molesté par des gens du voyage, alors qu’il tentait de protéger l’accès au terrain de football municipal dont le portail avait été fracturé.

Ce Maire, récompensé de la Marianne d’or, eu égard à ses actions en matière de démocratie de proximité, a été évacué par la gendarmerie pour éviter qu’il ne soit lynché. Les gens du voyage ont proféré des menaces de mort et tenté, au moins à deux reprises, sur une voie publique, de l’écraser. Il convient d’ailleurs, durant cet épisode dangereux, de saluer le courage et la détermination de la Gendarmerie ; laquelle est d’ailleurs en état de sous effectifs chroniques . Ce qui a donné lieu à un dépôt de plainte de Monsieur le Maire. Ce jour, 29 juillet 2013, alors que Monsieur le Maire sollicitait la Préfecture du Gard, il s’est entendu répondre que Monsieur le Préfet était en congés. Alors qu’une cinquantaine de caravanes occupent toujours le terrain, les dégradations (portail, pelouse, arrosage) s’aggravent et auront nécessairement un impact sur le budget communal.

M. Gilbert Collard demande instamment au Ministre de l’Intérieur de faire intervenir, en l’absence de Monsieur le Préfet, toutes autorités compétentes pour que la loi soit enfin respectée.

Par | 2013-07-29T16:31:21+00:00 29 juillet 2013|Communiqués|

À propos de l'auteur :