Lettre à Valérie Pecresse lui demandant d’aider d’urgence les commerçants victimes des violences du 1er mai

| Communiqués - 2 mai 2018
  • Wallerand de Saint Just off

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, président du groupe FN à la Région île-de-France

Madame la présidente, ce mardi premier mai, comme il est de coutume désormais lors de quasiment chaque manifestation dans la capitale, des milices organisées d’extrême gauche ont littéralement saccagé un certain nombre de commerces parisiens, en particulier dans le 13e arrondissement de la capitale, aux abords du Pont d’Austerlitz.

Ces violences, devenues coutumières du fait de leur impunité et de la complicité tacite de certaines figures politiques et médiatiques, s’en prennent habituellement aux institutions publiques ou à des succursales de banque. Cette fois, ce sont là de petits commerces indépendants, à l’image d’une concession automobile, qui ont été la cible de destructions aveugles. Des acteurs économiques, des particuliers, qui n’ont pas la capacité de résilience des grands groupes face à ces phénomènes, et auxquels le temps de réaction des assurances et autres dispositifs d’indemnisation ne laisse pas la possibilité de survivre économiquement.

Aussi, madame la Présidente, en tant que responsable de la politique de développement économique de notre Région, et de l’aide aux entreprises en difficulté, je vous demande de venir en aide au plus vite aux sinistrés de cette violence et de bien vouloir tout mettre en œuvre dans la plus grande urgence, soit par le biais des dispositifs existants, soit par la création d’un fonds temporaire spécial, pour permettre aux commerçants concernés de pouvoir reprendre une activité professionnelle normale au plus vite et effacer les stigmates laissés par les milices qui s’épanouissent librement dans notre pays.

Par | 2018-05-02T15:07:00+00:00 2 mai 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :