Liberté de la presse menacée : Il faut mettre au pas les milices d’Erdogan

| Communiqués - 31 mai 2018

Communiqué de presse de Marine Le Pen

Après le Pontet, Valence, c’est un kiosquier de Nîmes dans le Gard qui est aujourd’hui victime des menaces et des intimidations de partisans de l’autocrate islamiste Erdogan, qui exigent le retrait de l’hebdomadaire du Point consacré au dirigeant turc.

Ces pressions et attaques inadmissibles contre la liberté de la presse, qui est un des piliers de notre démocratie ont été scandaleusement légitimées par le ministre turc des Affaires étrangères, qualifiant de « citoyenne et démocratique » la réaction de ces milices.

Face à la gravité de ces provocations répétées et encouragées par le gouvernement turc, le président de la République ne peut se contenter d’une condamnation de 140 signes sur son compte twitter !

Il est de la responsabilité des pouvoirs publics de mettre un terme à ces entraves violentes à la liberté d’information.

L’arrestation et l’expulsion des ressortissants turcs responsables de ces menaces s’imposent, tout comme s’impose la déchéance de la nationalité française et l’expulsion de ces mêmes responsables s’ils sont binationaux.

La France doit envoyer un message clair au pouvoir turc : les Français ne sauraient accepter plus longtemps que soit muselée sur son propre territoire la liberté d’expression.

Par | 2018-05-31T10:22:34+00:00 31 mai 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Marine Le Pen
Marine Le Pen
Présidente

Voir tous les articles de