Médine : un révélateur du développement de l’islamisme au Havre… sous Edouard Philippe !

| Communiqués - 14 juin 2018
  • Nicolas Bay

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Député français au Parlement européen, Président du groupe RN au Conseil régional de Normandie

Alors que depuis plusieurs jours, à juste titre, l’opinion s’émeut du concert du rappeur Médine programmé en octobre au Bataclan, l’intervention du Premier ministre Edouard Philippe pour refuser l’annulation de ce concert au nom de “la liberté d’expression” interroge. En particulier si l’on veut bien se souvenir que le rappeur est originaire du Havre, dont Edouard Philippe fut maire de 2010 à 2017.

Les textes militants et provocateurs de Médine ainsi que son utilisation du terme de “Jihad” pour nommer un de ses disques prennent en effet un éclairage tout particulier si l’on considère ses liens directs avec la mouvance islamiste.

Tariq Ramadan lui-même présentait Médine comme l’un de ses disciples, le rappeur est intervenu dans des événements organisés par la mouvance des Frères musulmans (notamment l’UOIF), et se présentait comme ambassadeur du site internet islamiste Havre de Savoir. Ce site internet havrais s’est fait le relais d’imams radicaux, de théories complotistes (notamment sur Mohamed Merah…) et des idéologues les plus radicaux des Frères musulmans.

Le 28 septembre 2013, Edouard Philippe participait d’ailleurs personnellement à l’inauguration de la mosquée Mesjed Ennour (le terrain ayant été mis à disposition par son prédécesseur UMP, Antoine Rufenacht), elle aussi liée à la mouvance UOIF/Frères musulmans. Dans un autre registre, en 2016, la municipalité du Havre – alors dirigée par Edouard Philippe donc – a aussi soutenu financièrement le club de boxe “Don’t panik team”, lié à Médine ! Sa nomination à Matignon avait été saluée par cette association.

En réalité, le rappeur Médine est le révélateur du développement de l’islamisme au Havre, dans la période où Edouard Philippe en était le maire. Empêtré dans le clientélisme communautaire local, on comprend mieux que l’ancien maire du Havre et actuel Premier ministre espère que la polémique retombe au plus vite !

Par | 2018-06-14T09:47:03+00:00 14 juin 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Nicolas Bay
Nicolas Bay

Voir tous les articles de