Mercosur : l’UE veut sucrer les betteraviers et dresser les éleveurs

| Communiqués - 30 mai 2018

Communiqué de presse de Philippe LOISEAU, Député français au Parlement européen, Groupe Europe des Nations et des Libertés, Membre de la Commission Agriculture et Développement rural

Les négociations entre l’Union européenne et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), au point mort des années durant, ont malheureusement repris en 2016.

L’objectif de l’Union européenne est clair. Pour offrir un accès au marché automobile brésilien, l’UE est prête à brader deux secteurs agricoles.

29.000 tonnes supplémentaires de bœuf et 600.000 tonnes de sucre à droits réduits vont ainsi inonder le marché européen, déjà saturé et en grave difficulté. L’équation est on ne peut plus simple : déshabiller les éleveurs et les betteraviers pour habiller les constructeurs automobiles.

En effet, si la Commissaire européenne au Commerce, Cecilia Malmström, a déclaré récemment que les pourparlers « n’ont absolument pas été mis au frigo », c’est donc le secteur agricole qui va finir à la morgue !

Les députés européens du Front National dénoncent l’acharnement de l’Union Européenne à brader des pans entiers de son agriculture. Seuls des accords bilatéraux, plus protectionnistes, pourront remédier à cette logique de marché mondialiste et totalitaire.

Par | 2018-05-30T18:10:01+00:00 30 mai 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Philippe Loiseau
Philippe Loiseau