Plan gouvernemental : le gouvernement croit pouvoir lutter contre la “radicalisation”… sans lutter contre l’idéologie islamiste et ses relais

| Communiqués - 23 février 2018
  • Front National - Officiel

Communiqué de presse du Front National

L’énième plan de lutte contre la “radicalisation”, présenté ce jour par le gouvernement, ressemble malheureusement trop aux précédents. Malgré de maigres améliorations de bon sens comme le licenciement de fonctionnaires radicalisés, il ne rompt pas avec l’évidente cécité des dirigeants successifs quant à l’emprise des réseaux islamistes dans notre pays.

En dépit d’échecs flagrants, on y retrouve un certain nombre de fantasmes autour de la “déradicalisation” (rebaptisée “désengagement”), décriée par la majorité des spécialistes du phénomène djihadiste et même certains repentis.

Des mots et pas d’actes
A ce sujet, il apparaît utile de rappeler que l’on aurait pu aisément se passer du traitement d’un grand nombre de retours en mettant en œuvre la déchéance de nationalité (assortie de l’interdiction de revenir en France) pour les djihadistes binationaux. Une mesure de protection des Français à laquelle Emmanuel Macron s’est toujours farouchement opposé.
Surtout, on peine à trouver des mesures pour lutter directement contre les prédicateurs, organisations, mosquées, associations de toutes sortes qui se font les propagandistes et propagateurs de l’idéologie islamiste dans notre pays.

Islamisme : le gouvernement n’a pas compris qu’on ne déclare pas la paix

Tant que cette bataille ne sera pas menée, avec force et courage, tant que toutes les mosquées extrémistes ne seront pas fermées, tant que la toute puissante UOIF et ses satellites ne seront pas interdits, tant que les imams étrangers prônant la haine dans notre pays ne seront pas expulsés, alors les plans gouvernementaux qui se succèdent reviendront à vider la mer avec une cuillère.

Une fois de plus M. Macron ouvre une porte qu’il ne referme pas.

Le Front National demande que le dossier soit remis sur la table et que la radicalisation soit traitée dans le cadre d’un plan global d’éradication de l’idéologie islamiste dans notre pays.

Par | 2018-02-25T10:34:31+00:00 23 février 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :