Pollution de l’air aux particules fines : L’enfumage des politiques pour réduire la pollution

| Communiqués - 19 février 2018
  • Wallerand de Saint Just off

Communiqué de presse de Wallerand de Saint Just, président du groupe FN – Ile-de-France Bleu Marine du Conseil régional d’Ile-de-France

La pollution de l’air par les particules fines est un problème de santé publique qui cause environ 40.000 morts par an ainsi que des maladies chroniques graves selon différentes études. À Paris, ce lundi 19/02/2018, les taux d’émission de polluants dépassent largement les limites fixées par l’Union européenne.

C’est pour lutter contre ce phénomène que la maire de Paris a notamment instauré la fermeture d’une partie des voies sur berge aux voitures. Cette mesure est un scandale quand on sait que plus de 90% des particules fines de la région Ile-de-France ne proviennent pas du trafic routier, selon Air Parif, mais de l’industrie, du secteur résidentiel-tertiaire, du bâtiment et de l’agriculture d’ici et d’ailleurs.

C’est pour lutter contre ce phénomène que la maire de Paris a pour objectif affiché de doubler, d’ici 2020, la longueur des voies cyclables (de 700 à 1 400 km), de créer 10 000 nouvelles places de stationnement pour vélo et de généraliser les pistes cyclables dans les zones limitées à 30 km/h.

C’est pour lutter contre ce phénomène que la Région Ile-de-France promeut 7000 places de vélos en 2018 pour encourager les nouvelles mobilités.

C’est pour lutter contre ce phénomène que la vignette Crit’Air a été introduite à la suite d’une série de mesures du gouvernement français, en particulier le troisième Plan Santé Environnement pour la période 2015-2019.

Toutes les mesures sont des politiques de communication et d’affichage.

Et pourtant, des solutions justes et efficaces existent. La voiture à pile à combustible déjà lancée par Toyota, Hyundai et Honda est une solution idéale de substitution aux véhicules à essence ou diesel. Des fenêtres «intelligentes» pour purifier l’air existent déjà dans d’autres pays européens. Le recours aux plantes dites «dépolluantes» a fait l’objet d’une forte médiatisation ces dernières années. Plusieurs scientifiques français ou étrangers se sont intéressés au phénomène et ont ainsi cherché à évaluer l’impact réel de ces végétaux sur le niveau de pollution dans l’environnement intérieur avec des résultats positifs.

Plus que jamais, le groupe Front National Ile-de-France croit à une écologie constructive au service de tous les Français, à l’opposé d’une écologie punitive et inefficace pour le plaisir de quelques-uns.

Par | 2018-02-19T16:57:16+00:00 19 février 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :