Prélèvement à la source : Macron doit y renoncer

| Communiqués - 31 août 2018
  • Marine Le Pen

Communiqué de presse Marine Le Pen

Après avoir annoncé, au lendemain de son élection, sa volonté d’instaurer le prélèvement à la source, le président de la République vient d’opérer un spectaculaire revirement en émettant publiquement des doutes sur la date d’entrée en vigueur de cette réforme d’ampleur, initialement prévue en janvier 2019.

Outre l’impression d’amateurisme qu’elles renvoient, les tergiversations de l’exécutif sur cette réforme à haut risque sont révélatrices de sa complexité autant que de ses conséquences potentiellement dévastatrices.

Le gouvernement a mis le doigt dans un engrenage qu’il ne semble plus maîtriser et plus grave, s’est lancé dans une opération dont la finalité n’échappe désormais plus aux Français : faire des contribuables le tiroir-caisse de l’Etat macroniste compte tenu de la volonté de l’Etat de ne rembourser les trop-perçus que l’année suivante.

Outre la charge financière et administrative considérable que cette décision entraîne pour les TPE (qui depuis des mois ont notamment dû investir dans des logiciels coûteux), le prélèvement à la source rompt avec le système fiscal français fondé sur le principe familial (le taux d’imposition étant calculé par rapport aux revenus communs déclarés et l’impôt payé par le foyer).

La réforme voulue par Emmanuel Macron tend au contraire à individualiser le paiement de l’impôt. Les perdants seront bien évidemment les bas revenus qui se verront appliquer, quel que soit l’écart salarial entre les membres d’un même foyer, un taux d’imposition commun déclaré, mais seront prélevés individuellement.

Avec le prélèvement à la source, le gouvernement se prépare ni plus ni moins qu’à plastiquer l’édifice fiscal français avec une réforme en apparence moderne, mais en réalité pénalisante pour les plus précaires et surtout aux antipodes de l’ADN de l’impôt français.

La gestion de cette réforme fiscale à haut risque paraît aujourd’hui calamiteuse et entraîne un véritable gâchis de ressources que le gouvernement aurait mieux fait d’utiliser pour lutter contre la fraude fiscale qui coûte chaque année des milliards d’euros à nos finances publiques.

Pour toutes ces raisons, je demande solennellement au président de la République de renoncer à cette réforme tout à la fois inutile, coûteuse et inefficace.

Par | 2018-08-31T15:40:41+00:00 31 août 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Marine Le Pen
Marine Le Pen
Présidente

Voir tous les articles de