Savoir raison garder !

| Communiqués - 31 janvier 2014
  • Collectif Racine

Communiqué de presse d’Alain Avello, secrétaire général du Collectif Racine

Que n’ont circulé, ces derniers jours, les rumeurs les plus insensées concernant l’ « enseignement de la ‟théorie du genre” » ! Au titre de cet enseignement, serait fait, dès la maternelle, l’éloge de l’homosexualité, voire de la transexualité, des cours d’éducation sexuelle allant jusqu’à inciter à la masturbation seraient dispensés en direction des plus jeunes enfants… A l’heure de l’information en temps réel et des réseaux de communication de masse permettant à quiconque d’émettre des messages en direction du plus grand nombre de destinataires, la rumeur peut atteindre une ampleur comme une efficience inédites. Ainsi, des appels à retirer les enfants des écoles » se sont-ils fait jour sur internet et se sont trouvés largement relayés par sms auprès des parents. Et ces appels n’ont pas manqué d’être suivis d’effets, se traduisant, en de nombreuses écoles, par un absentéisme non-négligeable.

Ce phénomène traduit une crise de confiance sans précédent à l’égard de l’Ecole de la République. S’il se nourrit d’une inquiétude, voire d’une défiance partiellement légitimes envers l’institution scolaire, laquelle a largement perdu le sens de ses missions en devenant le lieu où, sous couvert de sensibilisation et d’éducation, des associations communautaires ont droit de cité dans les écoles et interviennent en direction des élèves, si, en l’espèce, des éléments objectifs signalent l’immixtion dans les contenus d’enseignement de théories aussi fumeuses que contestables, le Collectif Racine n’en appelle pas moins à savoir raison garder ! A cet égard, les dénégations du ministère, immédiatement récusées par ces éléments objectifs irrécusables ― il existe bien dans le cadre du « dispositif ABCD » des enseignements qui ne sauraient avoir leur place à l’Ecole ― ne constituent que le symétrique des obsessions complotistes, où le simplisme dans l’analyse le dispute aux plus délirants des fantasmes. D’ailleurs, la question se pose de savoir si, au fond, le ministère ne trouve pas intérêt dans de telles polémiques, celles-ci participant de cette stratégie gouvernementale éprouvée de diversion et d’enfumage où le sociétal est sans cesse instrumentalisé pour occulter les problèmes de fond.

Car le problème de fond, dont ces inquiétudes légitimes comme les fantasmes les plus insensés qui prennent corps autour de l’« enseignement de la ‟théorie du genre” » constituent le révélateur, c’est surtout celui d’une Ecole qui, ayant largement renoncé à instruire, a substitué « l’éducatif » à l’accomplissement de sa mission essentielle d’instruction. A ce titre et même si ce ne saurait être son rôle, elle prétend formater les consciences et dicter des comportements, en substituant à l’universalité du savoir qu’elle devrait dispenser la défense de causes et d’intérêts particuliers, lesquels sont pourtant, à l’Ecole, absolument hors-sujet. Pleinement conscient de cette dérive qui ne constitue que l’une des traductions de ce que l’Ecole échoue à instruire, le Collectif Racine se trouve plus que jamais justifié dans son entreprise visant à redresser l’Ecole, afin qu’elle retrouve le sens de sa mission essentielle : l’instruction.

Par | 2014-02-03T10:34:05+00:00 31 janvier 2014|Communiqués|

À propos de l'auteur :