Scènes de guérilla à Paris le 1er mai : toute la lumière doit être faite sur les événements

| Communiqués - 3 mai 2018
  • Sébastien Chenu

Communiqué de presse de Sébastien Chenu, Député du Nord

Mardi 1er mai, de très graves violences ont eu lieu en marge du cortège syndical avec pour bilan une trentaine de commerces vandalisés, une quinzaine de véhicules dégradés et des blessés, dont un CRS touché dans le dos par un jet de pavé.

Ces agissements inacceptables, qui ont donné, une image déplorable de la France à l’étranger, sont notamment l’œuvre de “black blocs”, ces milices d’extrême-gauche parmi les plus violentes qui ont fait du saccage de nos rues leur marque de fabrique.

Selon les témoignages de policiers présents sur place, alors que la venue des casseurs était connue et attendue ainsi que le souligne le communiqué du Préfet de Police de Paris du 30 avril, il semblerait que les forces de l’ordre aient dû attendre près de quarante-cinq minutes après le début des émeutes pour recevoir l’ordre d’agir et pour commencer à interpeller les émeutiers. Une centaine d’entre eux, sur plus de 1 200, auraient été placés en garde à vue à la suite des graves troubles à l’ordre public.

Les Français sont en droit de savoir pourquoi les fonctionnaires de police et les gendarmes ont dû attendre si longtemps avant de recevoir des ordres d’action ? Pourquoi, pendant plusieurs dizaines de minutes la rue a-t-elle appartenu à ces milices ?

Les Français sont en droit de connaître les choix stratégiques qui ont été faits par le Préfet de Police pour assurer la sécurité à Paris le 1er mai.

Les responsables politiques sont en droit d’interroger le gouvernement sur la politique de maintien de l’ordre dans notre pays et sur sa volonté d’afficher clairement l’autorité de l’Etat.
À cet effet, pour que toute la lumière soit faite sur les événements du 1er mai, Sébastien Chenu va déposer, avec les autres députés du Front national, auprès du bureau de l’Assemblée nationale une résolution demandant la création d’une commission d’enquête parlementaire concernant le dispositif de sécurité lors des manifestations du 1er mai.

Par | 2018-05-03T13:39:23+00:00 3 mai 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :