Tenue uniforme à l’école : une mesure républicaine

| Communiqués - 7 juin 2018
  • Forum Ecole et Nation

Communiqué du Forum Ecole & Nation

Le Rassemblement National prônait dans son programme présidentiel le port de l’uniforme à l’école. Une idée de bon sens qui, comme beaucoup d’autres propositions de Marine le Pen, a été récupérée par certains Républicains.

Dans la ville de Provins en Seine-et-Marne, les parents de six écoles élémentaires publiques se sont prononcés à hauteur de 62,4% pour la mise en place d’une tenue uniforme, selon une consultation dévoilée ce samedi 2 juin 2018.

Ces résultats reflètent la position des Français, toutes sensibilités confondues, puisque d’après un sondage Ifop publié jeudi 31 août 2017, 63% d’entre eux s’y montrent favorables. De même, lors du Congrès de refondation du désormais Rassemblement National à Lille le 11 mars 2018, 81,03% des adhérents du parti se déclaraient pour le port de l’uniforme obligatoire à l’école primaire.

Une réalité tangible en France

Loin d’être une initiative isolée, l’uniforme est porté dans de nombreux établissements : les collèges et lycées de la défense par exemple, mais également des internats d’excellence. C’est aussi le cas dans nos départements et territoires d’outre-mer.

Une solution qui présente bien des avantages

Le port d’une tenue uniforme empêche toute manifestation de signes religieux ostentatoires ou toute volonté d’en afficher, mais permet également de faire cesser cette course aux marques coûteuses, génératrices de tensions et d’inégalités sociales. La tenue uniforme favorise également un sentiment d’appartenance dépassant les particularismes hérités de chacun, et renvoie une image positive et valorisante des élèves.

L’uniforme permet en outre de repérer plus facilement les intrusions d’individus extérieurs à l’établissement et réduit fortement les risques de vols et de rackets entre élèves, au sein de l’école et en dehors. Il protège en outre les jeunes filles soumises de plus en plus précocement aux affres de l’hypersexualisation et permet à l’élève de se concentrer sur son être et non sur son paraître. Il instaure en définitive une sorte de rupture symbolique avec l’environnement parfois violent de l’école, contribuant à sanctuariser cette dernière et favorisant ainsi sa première mission, la transmission des savoirs.

Par | 2018-06-07T15:55:23+00:00 7 juin 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :