Vers la signature du traité CETA entre l’UE et le Canada : encore un mauvais coup porté aux nations européennes

| Communiqués - 1 septembre 2016
  • ENL

Communiqué de presse de la délégation FN/RBM au Parlement européen

Dans l’ombre du désastreux Traité transatlantique, le premier ministre canadien et les dirigeants européens viennent de faire part de leur souhait d’aboutir dès à présent à la signature du traité de libre-échange dénommé CETA. Ce traité a pour objet de supprimer tout obstacle tarifaire et non-tarifaire au commerce entre le Canada et les pays membres de l’Union européenne. Il est en fait le véritable “petit frère jumeau” du TTIP : opacité totale quant au cours des négociations, toute-puissance des tribunaux d’arbitrage favorables aux multinationales, absence de contrôle démocratique…

La Commission europeenne espère ratifier l’accord à l’automne 2016 sans passer par les parlements nationaux. Sans pouvoir dire le moindre mot, les peuples européens en seront d’autant plus soumis à l’ultra-libéralisme mondialiste. Car le CETA est le cheval de Troie des États-Unis et c’est notamment notre agriculture qui sera une nouvelle fois sacrifiée sur l’autel du mondialisme. Le CETA ne cesse d’inquiéter, notamment, les éleveurs de bovins viande français ; l’accord prévoit en effet de multiplier par 10 le contingent d’importation de viande bovine canadienne. Et nos labels AOP, garantie pour un producteur que son savoir-faire et le terroir qu’il fait vivre sont uniques, pourront être très aisément
plagiés.

Avec la mobilisation des Français lors des prochaines échéances politiques, nous pourront faire échouer ce funeste traité.

Par | 2016-09-01T13:56:54+00:00 1 septembre 2016|Communiqués|

À propos de l'auteur :