Violences dans le Var : Jusqu’où cela ira-t-il ?

| Communiqués - 8 août 2018

Communiqué de presse de Frédéric Boccaletti, Président du groupe Rassemblement National au Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Délégué départemental du Rassemblement National du Var

Après l’assassinat de Demba Touré sur fond de règlement de compte, ce samedi 4 août, à La Seyne-sur-Mer, Var-Matin se fait l’écho lundi des réactions des policiers. Et le constat est sans appel : au-delà du manque d’effectifs chronique c’est surtout l’attitude condescendante du ministère de l’Intérieur et de l’exécutif national qui empêche toute tentative de reprendre la main sur cette délinquance marseillaise et niçoise.

Et comment pourrait-il en être autrement quand on apprend que le ministre de l’Intérieur a préféré en mai dernier se rendre à Marseille là où des coups de feu avaient été tirés annulant ainsi sa visite au commissariat de Toulon. Mais tout en dînant à la préfecture de Toulon avec la fine fleur des élus LREM.

L’ensauvagement » de notre département, et particulièrement de la métropole toulonnaise, est sans appel. À La Seyne-sur-Mer depuis des mois la tension monte : le 17 juin une femme avait agressé au cutter deux personnes, le 27, tir au fusil à pompe sur un seynois de 18 ans. Le 29 juin, deux blessés par balles. Le 28 juillet, un homme se fait tirer dessus. Nous pourrions aussi continuer en parlant de Toulon ou de Hyères, car aujourd’hui nous assistons à des règlements de compte dignes des pires cités de Marseille. Jusqu’où cela ira-t-il ?

Pour le Rassemblement National combattre cette délinquance passe par une police renforcée, remotivée et soutenue. Et donc aussi par une justice qui préfère mettre sous les barreaux les criminels que d’essayer à chaque fois de les relâcher en trouvant toutes les excuses imaginables.

Par | 2018-08-08T08:47:16+00:00 8 août 2018|Communiqués|

À propos de l'auteur :

Frédéric Boccaletti
Frédéric Boccaletti