Gilbert Collard interpelle le Ministre du budget sur le taux de TVA applicable aux activités équestres

| Interventions - 13 novembre 2013
  • Gilbert Collard était l’invité de Pascale Clark sur France Inter

Ministère interrogé : Ministère de l’économie et des finances

Question n° 46-00057

M. Gilbert Collard attire l’attention de M. le Ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé du budget, sur le taux réduit de taxe sur la valeur ajoutée (TVA) applicable aux activités équestres.

Le 8 mars 2012, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a constaté un manquement de la part de la France dans l’application qu’elle faisait des articles 96 à 99 et de l’annexe III de la « directive TVA » (directive n° 2006-112-CE du 28 novembre 2006), uniquement pour ce qui concernait les ventes d’équidés destinés à une utilisation autre qu’alimentaire (loisirs, sport, compétition…).

La France s’est conformée à cette décision en augmentant les taux de TVA applicables à ces ventes ainsi qu’aux gains de courses réalisés par les entraîneurs pour les chevaux dont ils sont propriétaires. Cependant, faisant une interprétation extensive de la portée de l’arrêt rendu le 8 mars 2012 par la CJUE, le Gouvernement a fait adopter un amendement dont est issu l’article 63 de la loi de finances rectificative pour 2012 (loi n° 2012-1510 du 29 décembre 2012). Cet article prévoit de mettre fin à l’application aux centres équestres d’un taux réduit de TVA de 7 %, à compter d’une date restant à fixer par décret, et au plus tard au 31 décembre 2014. L’exposé sommaire de l’amendement dont est issu l’article précité énonce explicitement que ce décret « n’interviendra qu’en cas de condamnation [de la France] au contentieux », ce que le ministère du budget a depuis confirmé dans ses réponses à plusieurs questions écrites. Ce contentieux ne résulterait pas d’une procédure de « manquement sur manquement », puisque le manquement constaté en mars 2012 ne concernait pas toutes les activités des centres équestres, mais d’un recours en manquement, qu’il revient à la Commission européenne (CE) d’engager si elle estime que l’ensemble des activités équestres doit être exclu du champ d’application du taux réduit de TVA.

Or, alors même que, sur ce sujet, aucune condamnation de la France n’a été prononcée par la CJUE et qu’aucune mise en demeure n’a été adressée à la France par la CE, un porte parole de votre ministère a fait savoir à l’Agence France Presse (AFP), le jeudi 24 octobre 2013, que le décret mettant fin à l’application d’un taux réduit de TVA aux centres équestres allait être pris de façon imminente.

L’augmentation, à compter du 1er janvier 2014, du taux de TVA applicable aux centres équestres conduirait à la destruction quasi-immédiate de 6000 emplois et de 2000 entreprises agricoles, puis, à court terme, à la mise en péril de l’ensemble d’une filière dynamique qui, forte aujourd’hui de 7000 structures employant 18 000 personnes et réalisant un chiffre d’affaires hors taxes annuel de 900 millions d’euros, est très peu subventionnée et néanmoins créatrice d’emplois. En effet, entre 2005 et 2011, ce sont près de 1000 emplois qui, chaque année, ont été créés dans ce secteur qui est porté par l’engouement de nos concitoyens pour l’équitation que 2,4 millions d’entre eux pratiquent. Avec 700 000 licenciés, la Fédération française d’équitation est d’ailleurs la troisième fédération sportive de France, derrière le football et le tennis.

Il demande donc au Gouvernement quel est le fait juridique nouveau qui motive l’édiction d’un décret qui pourrait n’être pris qu’à la fin de l’année 2014 et seulement dans l’hypothèse très incertaine où la France ferait d’ici là l’objet d’une condamnation pour manquement par la CJUE.

Par | 2013-11-13T10:53:16+00:00 13 novembre 2013|Interventions|

À propos de l'auteur :