Question au Premier Ministre : Assassinat du Père Hamel

| Interventions - 5 janvier 2018
  • Gilbert Collard

Type de question : QE
Ministère interrogé : PMI – Premier Ministre
Question n° 01-00073 du 05 janvier 2018

M. Gilbert Collard interroge M. le Premier Ministre sur le très grave dysfonctionnement qui entache aujourd’hui la réputation des services français du renseignement et plus particulièrement de la hiérarchie de la préfecture de police de Paris.

Il semble désormais acquis que cinq jours avant les faits, un fonctionnaire de la préfecture de police avait intercepté des messages écrits et oraux laissant à penser qu’un prêtre allait être agressé ou assassiné dans une église par un individu fréquentant la mosquée de Saint-Étienne du Rouvray.

Il était donc prévisible que le père Hamel courait un grand danger d’agression voire d’assassinat ; ce qui se produisit cinq jours plus tard.

Cet agent méritant avait donc immédiatement rédigé une note d’avertissement urgente, afin de prévenir sa hiérarchie et dans ce cas précis de sauver la vie d’un prêtre.

Malheureusement, durant le week-end, cette note a été bloquée dans les méandres hiérarchiques de la préfecture de police de Paris..

Cependant, les fautes déontologiques les plus graves ont été commises par les responsables hiérarchiques de la préfecture ; puisqu’ils ont convoqué l’auteur de la note pertinente afin de lui demander de la rédiger à nouveau et de la postdater de deux jours.

Ce très grave dysfonctionnement, doublée d’une faute déontologique, amène Monsieur Gilbert Collard à interpeller le ministre sur un certain nombre de questions :

Tout d’abord Monsieur Collard souhaiterait savoir si le gouvernement en place depuis maintenant plus de six mois était informé ou non de ce qu’il faut bien appeler une bavure. Il est en effet inconcevable qu’un ministre puisse rester à son poste si il avait eu connaissance sans réagir d’aussi graves ratés et manquements au sein de sa propre administration. Il convient de rappeler que le ministre est le chef de ses propres services. Donc, soit le ministre a manqué à son obligation générale de surveillance s’il n’était pas informé. Soit, il a menti à ses administrés et au clergé s’il avait été informé des événements de juillet 2016 : dans les deux cas, le ministre de l’intérieur ne peut que présenter sa démission.

La seconde série de questions concerne bien évidemment le volet pénal : Monsieur Gilbert Collard souhaiterait savoir si le ministre de l’intérieur a d’ores et déjà saisis le procureur de la république pour les faits gravissimes suivants : la non-assistance à personne en danger de mort ainsi que le faux usage de faux en matière administrative.

Une troisième série de questions concerne bien évidemment le sort judiciaire qu’il conviendrait de réserver au ministre de l’intérieur en exercice au moment des faits, à savoir Maître Bernard Cazeneuve . Il serait en effet inconcevable, dans l’hypothèse d’une mise en cause pénale de la hiérarchie, que leur ministre, supérieur hiérarchique, ne soit pas entendu par la cour de justice de la république, s’il s’était rendu coupable ou coauteur d’éventuelles infractions pénales précédemment évoquées .

Une dernière série de questions concerne la réorganisation en profondeur des services du renseignement intérieur, ainsi que le remplacement immédiat de toute la chaîne hiérarchique responsable d’un dysfonctionnement aussi caractérisé. Le démantèlement des Renseignements généraux sous la Présidence Sarkozy était elle pertinente ?

Par | 2018-01-05T16:09:42+00:00 5 janvier 2018|Interventions|

À propos de l'auteur :