Question écrite de Bruno Bilde à Françoise Nyssen sur l’organisation des concerts de Médine au Bataclan

| Interventions - 11 juin 2018
  • Bruno Bilde

M. Bruno Bilde alerte Mme la ministre de la Culture sur l’organisation de deux concerts du rappeur Médine au Bataclan les 19 et 20 octobre 2018.

La publicité de ces deux dates a suscité l’émoi et l’indignation massive de l’opinion publique et particulièrement des familles des victimes des attentats du 13 novembre 2015. En effet, le rappeur Médine Zaouiche, qui se revendique comme une « islamo-racaille », est connu depuis quelques années pour prêcher, en chansons, la haine de la France, de la laïcité et de nos valeurs républicaines.

En 2005, il était notamment l’auteur d’un album « Jihad » illustré par un sabre caractéristique utilisé pour les décapitations.

Après l’attentat de Charlie Hebdo, il avait choqué avec le titre « Don’t Laïk » dans lequel il exprimait sa proximité avec un islam radical et intégriste à partir de quelques paroles explicites :

« Crucifions les laïcards comme à Golgotha. »

« Je porte la barbe j’suis de mauvais poil. Porte le voile t’es dans de beaux draps. »

« Je mets des fatwas sur la tête des cons. »

« Le polygame vaut bien mieux que l’ami Strauss-Kahn. »

Si la liberté d’expression constitue l’un des piliers de notre démocratie, la France ne peut pas tolérer qu’un individu vienne délibérément souiller la mémoire des victimes de l’islamisme. Il serait scandaleux que Médine, qui participe de la promotion de cette idéologie mortifère, puisse se produire dans ce lieu qui résonne encore des cris de nos 90 martyrs. Le Bataclan n’est pas une salle de spectacle comme une autre. Depuis cette nuit tragique du 13 novembre, il représente le symbole de la France frappée par le fondamentalisme islamiste.

M. Bruno Bilde demande à Mme la ministre de la Culture de tout mettre en œuvre pour éviter cette représentation sordide qui s’apparente à une véritable profanation. Il lui demande d’intervenir auprès du groupe Lagardère, propriétaire du Bataclan, pour faire annuler les concerts de Médine.

Face à l’islamisme médiatique qui est diffusé sournoisement sur les réseaux sociaux et les plateaux de télévision par un certain nombre d’artistes, de sportifs et de chroniqueurs, l’Etat ne doit faire preuve d’aucune complaisance.

Ne laissons pas l’islamisme se mettre en scène !

Par | 2018-06-11T11:32:43+00:00 11 juin 2018|Interventions|

À propos de l'auteur :

Bruno Bilde

Voir tous les articles de