Question écrite de Bruno Bilde, député du Pas-de-Calais, sur le retour des djihadistes « français »

| Interventions - 5 juin 2018
  • Bruno Bilde

M. Bruno Bilde interroge Mme la garde des Sceaux, ministre de la Justice sur le sort des ressortissants « français » condamnés pour terrorisme à l’étranger qui demanderaient à revenir en France.

Le 3 juin 2018 en Irak, la citoyenne « française » Mélina Boughedir a été condamnée à la perpétuité pour « terrorisme, complicité de terrorisme et non-dénonciation de crimes terroristes ». Cette dernière avait rallié l’Etat islamique avec son mari et ses enfants avant d’être arrêtée en juillet 2017 à Mossoul. Comme Mélina Boughedir, près de 500 djihadistes de nationalité française sont aujourd’hui détenus ou en fuite sur les territoires syrien et irakien. Un certain nombre de femmes ont fait savoir par le biais de leur avocat qu’elles souhaiteraient revenir en France pour y être jugées.

M. Bruno Bilde rappelle que les prisons françaises comptent déjà plus de 1 200 personnes radicalisées et plus de 500 écrouées pour terrorisme. Dans ce contexte, il serait totalement irresponsable et dangereux de rajouter une charge sur notre système pénitentiaire qui n’est pas adapté pour accueillir ces terroristes islamistes. L’accueil des revenants du djihad aurait également pour conséquence d’augmenter singulièrement la menace qui pèse sur les surveillants pénitentiaires confrontés depuis le début de l’année à une série d’agressions et des tentatives de meurtre.

Les individus qui sont partis s’enrôler dans les rangs de l’Etat islamique ou d’autres organisations terroristes doivent assumer leur choix et assumer les conséquences des abominations commises. Ils doivent être jugés et incarcérés dans les zones où ils ont sévi.

En janvier dernier, Mme Belloubet avait affirmé que des négociations au cas par cas pourraient être menées afin de faire revenir des « Français » terroristes détenus en Syrie ou en Irak.

Alors que le procureur de la République de Paris a déclaré récemment qu’une vingtaine de détenus pour terrorisme allaient sortir de prison en 2018, l’Etat français compte-t-il aussi rapatrier des bombes à retardement ?

Par | 2018-06-06T11:14:29+00:00 5 juin 2018|Interventions|

À propos de l'auteur :

Bruno Bilde

Voir tous les articles de