Réseau 4G : la France en retard

| Interventions - 11 septembre 2018
  • Louis Aliot

Question écrite de Louis Aliot, Député des Pyrénées-Orientales
M. Louis Aliot attire l’attention de Mme la ministre de la culture sur la faiblesse du réseau 4G français. 4G : l’immense retard français alors qu’internet est devenu un outil indispensable pour les professionnels comme pour les particuliers. Il est même aujourd’hui quasiment impossible de se passer d’une connexion internet pour des actes courants de la vie quotidienne. Forts de ce constat, les pouvoirs publics n’auraient-ils pas dû tout mettre en œuvre pour que le réseau 4G français soit l’un des plus performants dans le monde ? L’application Open Signal permet de vérifier la qualité de la connexion de son réseau cellulaire sur les cinq continents à l’aide d’un « test de vitesse ». Elle offre aussi la possibilité de contrôler l’utilisation de ses données, de comparer la couverture des réseaux 4G, ou de vérifier l’historique de ses connexions. Les équipes d’Open Signal ont donc analysé les données de 88 pays pour évaluer leurs performances en matière de 4G, et leurs résultats ne font pas honneur à la France, autrefois en pointe des nouvelles technologies mondiales, voire précurseur. Aux cinq premières places se trouvent, comme on pouvait s’y attendre, des pays est-asiatiques (Japon, Corée du Sud et Hong Kong), mais aussi les États-Unis, et un pays d’Europe qui ne se trouve pas dans l’Union européenne, la Norvège. Premier pays de l’Union, les Pays-Bas sont sixièmes, juste devant la Hongrie qui occupe la septième place, nation pourtant régulièrement pointée du doigt pour son « archaïsme » supposé. Et la France dans tout ça ? Elle est à la soixante-cinquième position, loin derrière, pêle-mêle, des nations telles que le Cambodge, la Géorgie, le Pérou, la Macédoine, la Jordanie, l’Inde, ou la Bolivie. La lenteur des connexions sur le réseau français et l’absence de réseau sur la majorité des voies de chemin de fer sont un handicap majeur pour les petites et moyennes entreprises. Les territoires dits « oubliés », notamment ruraux, en pâtissent aussi très sévèrement. La « start-up nation », ainsi qu’Emmanuel Macron nomme la France, devrait se doter d’infrastructures performantes avant de se lancer dans de chimériques projets. On se demande donc quand la 4G sera en France à la hauteur de ce qui se pratique chez certains pays voisins, et si la 5G n’est pas pour l’heure une utopie. Il souhaiterait donc connaître ses intentions sur ces questions.

Par | 2018-09-13T15:07:01+00:00 11 septembre 2018|Interventions|

À propos de l'auteur :

Louis Aliot
Louis Aliot
Député

Voir tous les articles de