Interview de Marine Le Pen au journal italien Libero

| Reportages - 2 juillet 2018
  • Marine Le Pen

1) Emmanuel Macron a insulté le gouvernement Lega-M5S, en les accusant de répandre la lèpre du populisme en Europe : pourquoi a-t-il dit ça ?

M. Macron sous ses aspects souriants est quelqu’un qui ne supporte pas la contradiction et même la contrariété. Au fil des mois, cet aspect de sa personnalité apparaît aux Français qui le jugent autoritaire et méprisant. Il en donne à l’échelon international un exemple consternant.

2) Quels sont les sentiments des Français et des Européens envers le nouveau gouvernement italien? Et vous, qu’est-ce que vous pensez ?

L’alliance de la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles a dans un premier temps surpris l’opinion publique française qui ne s’attendait pas à ce bouleversement politique en Italie, mais aussi à l’échelon européen. L’annonce du refus d’accueillir l’aquarius a été vue comme un acte courageux et positif de rupture avec la politique migratoire irresponsable de l’Union européenne. Pour les nationaux français, le succès politique de Matteo Salvini est vécu comme le signe précurseur de la libération de l’Europe.

3) Vous connaissez Salvini depuis longtemps: vous attendiez-vous au boom électoral de la Lega? A quoi est-ce dû? La ligne de Salvini sur les immigrants est-elle appréciée par les Français?

Matteo est un ami et un allié et nous échangeons régulièrement toujours avec le même plaisir. La Lega sous son impulsion a développé une ligne politique et stratégique très proche du Rassemblement National avec une vision nationale souveraine et sociale. Ce qui fait de la Lega un parti frère du Rassemblement National. Nos positions en matière d’immigration sont quasiment identiques. Je crois pouvoir dire au vu des sondages en France que la position de Matteo sur l’immigration est approuvée et saluée par une grande majorité des Français

4/ Vous avez déclaré il y a un mois que Cinquestelle est ambiguë : confirmez-vous ce sentiment ? Est-ce que Cinquestelle est un parti populiste? M5S est un allié fiable pour la Lega ?

Cinq étoiles est pour nous Français un ovni politique ; pour autant nous nous félicitons que la Lega ait pu trouver avec lui les voies d’une alliance bénéfique pour l’Italie et salvatrice pour l’Europe. Cela montre l’habilité et la grande vision politique de Matteo Salvini

5) Le boom de Salvini en Italie et sa ligne contre l’immigration ont-ils changé les choses en Europe ?
Salvini pourra-t-il vraiment changer l’Europe ?

Matteo Salvini a engagé avec l’UE un bras de fer. Il rejoint les pays de Visegrad qui sont déjà en sécession. L’Europe voit là une véritable révolution qui ébranle l’Union européenne. Dans ce grand bouleversement politique et démocratique, les Italiens jouent un rôle historique. Ils montrent la voie que doivent suivre tous les peuples européens

6) Pensez-vous qu’après les élections européennes de 2019, il pourrait y avoir un parti souverain majoritaire au Parlement européen? Matteo Salvini peut-il le guider ?

La victoire des partisans de l’Europe des nations doit être un objectif commun et concerté pour 2019.
Nous pouvons être majoritaires dans le prochain parlement européen qui sera élu en mai 2019.
Nous pourrons alors établir le cadre de la coopération européenne dans le respect de nos peuples et de nos états

7) Comment jugez-vous l’état actuel de l’Union européenne? Qui est le principal responsable des difficultés actuelles de l’Europe: Merkel? France? La Commission? Quel avenir imaginez-vous pour l’UE ?

L’UE est en faillite, son modèle politiquement fédéraliste et économiquement libre-échangiste est à bout de souffle. Elle est discréditée par ses échecs et sa vision carcérale. A nous de définir pour les Européens un nouveau cadre de coopération des nations de notre continent.

8) Quelle est l’ Europe que vous voudriez ?

Nous souhaitons remplacer l’Union européenne par un projet que nous dénommons l’Union des Nations Européennes qui est une organisation de l’Europe respectueuse de nos pays, de nos intérêts nationaux respectifs et dégagés de la tutelle des oligarchies financières. Une nouvelle organisation de l’Europe qui prenne en compte la défense de nos biens communs, de notre sécurité alimentaire, de notre environnement mis à mal, notamment, par les traités de libre-échange et l’ultralibéralisme pillard.

9) Nous lisons que l’Europe risque d’exploser dans le cas des migrants : partagez-vous cette opinion? Les immigrés sont le symbole de l’hypocrisie de l’Europe: personne ne veut d’eux, mais seulement Salvini et Orban le disent clairement.

L’immigration est un phénomène de grande ampleur qui emporte tout. Nous le savons puisqu’elle met en péril nos systèmes économiques, nos systèmes sociaux et nos identités. Ce que n’avaient pas prévu les immigrationnistes de l’UE c’est que cette vague va également mettre à bas leurs institutions hors sol en provoquant la révolte légitime des peuples

10) Quelles solutions pour endiguer l’invasion des citoyens non européens ?

C’est une question de détermination. Salvini et Orban nous montrent le chemin. Ils ont su dire non.

11) Le sentiment anti-immigrés des Européens soutient-il l’échec de la gauche européenne? Cet échec est-il davantage dû au manque d’intégration de l’islam et à la menace terroriste, au manque de défense que la gauche a fait de la culture et des traditions européennes et chrétiennes ou à la crise économique ?

La gauche a trahi le peuple, elle a oublié que la solidarité et le social sont le prolongement du sentiment national. En prônant une immigration incontrôlée, elle a soutenu la baisse des salaires voulue par un certain patronat, et par la mondialisation des prestations sociales, elle a laissé faire l’effondrement de nos systèmes sociaux. Il est légitime que le peuple se tourne vers nous.

12) Avez-vous changé d’avis sur l’euro: c’est une mauvaise devise, n’est-ce pas une priorité de sortir de l’euro ?

Je n’ai pas changé d’avis sur l’Euro, c’est une monnaie inadaptée à nos économies et donc un instrument d’appauvrissement de nos pays. Nous souhaitons recouvrer nos souverainetés selon un calendrier qui commencera par les frontières et s’achèvera par la question de la monnaie. Cette question devra être posée sereinement et étudiée avec l’ensemble des pays concernés.

13) L’Europe a-t-elle été assassinée par des bureaucrates de Bruxelles qui ne pensent qu’à la finance et aux banques ou par les états individuels qui ne pensent qu’à leurs affaires ?

Le système mis en place par Bruxelles organise le règne de la finance sans partage .Barroso qui part pantoufler dans une banque d’affaires et Macron qui en vient en sont des illustrations patentes. l’UE trahit l’idée européenne, il nous revient de la ressourcer.

14) Croyez-vous que Merkel est à la fin de son règne de vingt ans ?

Merkel est une chancelière chancelante. Sa coalition est fragile et elle est contestée dans ses propres rangs ; Il est temps de fermer cette parenthèse qui a vu s’instaurer un déséquilibre au profit de l’Allemagne et au détriment de tous. Tous les pays y compris l’Allemagne ont un intérêt sur le long terme à un rééquilibrage de l’Europe

15) Adf peut-il vraiment devenir le parti majoritaire en Allemagne? Ne craignez-vous pas l’extrême droite allemande ? Quelle position pensez-vous que l’Europe devrait avoir par rapport à l’OTAN et aux États-Unis? Et par rapport à Poutine et la Russie ?

Il appartient à chaque pays de trouver les voies politiques de défense de ses intérêts nationaux. Je me réjouirai du succès des partis nationaux partout où ils se produisent en Europe.
Nous devons nous affranchir de la tutelle américaine et sortir de la logique d’alliances militaires quelque peu anachroniques et qui nous engagent dans des guerres qui ne sont pas les nôtres.
Nous devons rétablir ave la Russie des rapports apaisés conformes à nos intérêts diplomatiques et commerciaux ; C’est la raison pour laquelle nous devons mettre fin aux sanctions économiques qui nous sont préjudiciables.

16) Le Brexit ne serait pas une opportunité pour faire la vraie Europe, maintenant que nous nous sommes débarrassés de Londres qui était la cinquième colonne américaine dans l’UE ?

Le Brexit doit d’abord s’analyser comme l’échec de l’attractivité de l’Union européenne. Les Britanniques nous ont donné une belle leçon d’indépendance, il nous engage à passer à un mode de coopération européenne différent. La GB reste un partenaire de nos pays et dans le cadre d’une Europe à la carte nous pourrons la réassocier à des coopérations utiles

17) Pourquoi la popularité de Macron en France est tombée? L’échec de la société multiethnique, la haine de la finance et les riches incarnés par le président ?

Le masque tombe. Derrière le sourire et les promesses de performances économiques apparaissent le banquier d’affaires et la finance prédatrice. Macron est le Renzi français qui finira comme lui.

18) En Italie, on dit qu’avec Macron, les Français sont devenus nos ennemis encore plus que les Allemands: avons-nous tort ou avons-nous raison ?

Dans ses propos outrageants, Macron ne représente pas la France. La France regarde l’Italie parfois avec étonnement et plus sûrement aujourd’hui avec bienveillance et admiration pour l’exemple qu’elle est en train de montrer

19) Pourquoi avez-vous perdu les élections contre Macron? Pourquoi avez-vous changé votre nom?

Macron est une mutation habile du système qui lui a permis momentanément de se maintenir. Nous avons eu face à nous la coalition de tous les intérêts en place, peut-être aussi que la France n’était pas prête croyant que le changement n’était pas envisageable. Ce qui se passe en Europe va aider les Français à ouvrir les yeux.
Le changement de nom s’inscrit dans la refondation de notre mouvement. Il en est une étape essentielle qui doit lui permettre de devenir et d’incarner un mouvement non plus seulement d’opposition, mais de gouvernement, c’est-à-dire en capacité de rassembler une majorité de Français autour d’un projet.

20) La Lega est en train de subir une offensive judiciaire sur l’argent, elle aussi : est-ce aléatoire ou y -a-t-il une tentative d’arrêter les populistes ?

Si le système gouverne très mal, il se défend bien et tente par tous les moyens de priver les peuples de leurs victoires électorales. Ces persécutions judiciaires qui confinent à l’acharnement visent ni plus ni moins à museler les mouvements nationaux.

21) Marion sera-t-elle votre héritière?

Ma nièce Marion est très talentueuse, elle a pris la décision de s’écarter de la politique et je respecte son choix. En tout état de cause, je crois intimement que ce qui compte ce ne sont pas les personnes, mais les idées.

Par | 2018-07-02T17:33:35+00:00 2 juillet 2018|Reportages|

À propos de l'auteur :

Marine Le Pen
Marine Le Pen
Présidente

Voir tous les articles de