Tribune de Philippe Olivier, Conseiller Spécial de Marine Le Pen

| Tribunes libres - 23 avril 2018
  • Philippe Olivier

Pendant les pétitions, l’islamisme continue de progresser
Trois cents personnalités viennent de signer une pétition pour dénoncer très légitimement le « nouvel antisémitisme » que véhicule un islamisme toujours plus conquérant.
Ils dénoncent à juste titre l’« épuration ethnique » en oubliant de dire que, dans les zones de non-France, cette obligation de fuir ne concerne pas seulement les Français de confession juive.

Islamisme en France : la fin d’un tabou ?
Ceux, comme le Front National, qui ont dénoncé ce fléau pour nos sociétés depuis des années, ne peuvent que se féliciter de cette prise de conscience publique qui marque, espérons-le, la fin d’un déni et même d’un mensonge d’état, entretenu au nom du sulfureux alibi de « l’amalgame » et de « l’islamophobie ».
Le 21 mars, des intellectuels s’alarmaient dans le Figaro du « séparatisme islamiste » qui était selon les signataires « l’arme de la conquête politique et culturelle de l’islamisme ».
Depuis des mois et même de années, on ne compte plus les ouvrages de philosophes, de journalistes, de grands témoins qui constatent plus ou moins ouvertement le glissement d’une « France qui s’en va » vers une forme de barbarie : Bruckner, Finkielkraut, Zemmour, Rouart, Bigeard …

Face à l’islamisme, les mots ne suffisent pas
A quoi bon pétitionner, s’indigner si de cette indignation épistolaire, littéraire ou éditoriale, il ne reste finalement qu’un titre accrocheur dans un journal parisien ou un succès de librairie qui ne profite qu’à son auteur.
Les trois cents pétitionnaires ont-ils conscience qu’au moment où ils publient leur manifeste, la France s’apprête, en vertu d’accords bilatéraux absurdes, à recevoir cent imams algériens pour diriger le ramadan ?

Ont-ils pris connaissance que la loi Collomb qui se vote à l’Assemblée organise en silence une submersion migratoire de la France venue de pays à fort risque islamiste et que la nouvelle régularisation massive en préparation va aggraver la situation?

Savent-ils que le gouvernement encourage le retour des revenants de Daesh au risque de nouveaux massacres de masse ou de meurtres ciblés de Français en France ?
Les courageux pétitionnaires devraient enfin s’interroger sur les persécutions dont sont victimes ceux qui dénoncent, comme eux mais depuis toujours, le totalitarisme islamiste et sur lesquels, parfois, certains jettent un injuste opprobre.

La solution est politique
L’indignation n’a aucun effet si elle ne se prolonge pas par l’action.
Lorsque les signataires appellent à faire de la lutte contre l’islamisme une « cause nationale », ils rejoignent sans le savoir ou sans oser l’avouer l’idée du Rassemblement National que propose Marine Le Pen. Il ne leur reste qu’à mettre leurs actes en accord avec leur bienfaisante parole.

Par | 2018-04-23T09:22:27+00:00 23 avril 2018|Tribunes libres|

À propos de l'auteur :