Chaque travailleur détaché est un emploi de moins pour les Français !

| videos-thematiques - 8 février 2018

Chers compatriotes,

Voilà maintenant des années que le Front National et le groupe Europe des Nations et Libertés vous alertent contre les méfaits de la directive de la Commission européenne sur ce qu’il est convenu d’appeler « les travailleurs détachés ».

Seuls contre tous, nous nous y sommes opposés sans relâche et avons tenté, par nos votes au Parlement européen, d’en diminuer les effets les plus délétères.

Les chiffres pour 2017 viennent de tomber, ils sont clairs et sans appel. Pour cette seule année 2017, la France a compté un peu plus de 516 000 salariés détachés sur son territoire, sans compter le transport routier.

C’est un chiffre en très forte progression par rapport à 2016 : + 46 % selon le « Bilan intermédiaire du plan national de lutte contre le travail illégal ». Nous l’avions dit, on ne voulait pas nous croire mais aujourd’hui, même les journalistes du quotidien Le Monde n’en reviennent pas.

Songez qu’il y a 10 ans, ils n’étaient que 96 000. Autrement dit, on en est déjà à une augmentation de plus de 500% depuis le début.

Certains nous diront que ces travailleurs détachés sont européens, qu’ils ne viennent chez nous que pour quelques semaines ou quelques mois et que ces immigrés-là, eux, viennent réellement pour travailler, sans bénéficier du regroupement familial.
C’est vrai.

Sauf que dans un pays qui, comme le nôtre, connaît depuis des années un chômage de masse, ces 516 000 travailleurs détachés, ce sont 516 000 emplois en moins pour les Français !

Et contrairement à ce que l’on aurait pu espérer, l’arrivée massive de ces travailleurs détachés n’a même pas pour conséquence de réduire l’immigration légale ou illégale en France.

Au contraire, cette immigration de travail s’ajoute à l’immigration de peuplement. Ces travailleurs détachés s’ajoutent à toutes celles et ceux qui, chaque année, viennent profiter des largesses de la France, en abusant de notre générosité.

Et comme l’immigration que subit notre pays depuis des décennies, ces travailleurs détachés permettent aussi de faire pression à la baisse sur les salaires. En France, le SMIC brut avoisine les 1 500 euros, comme aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne.

Mais il est inférieur à 500 euros dans pas moins de neuf pays, descendant jusqu’à 275 euros en Roumanie. On voit ainsi comment Bruxelles, incapable de lutter contre la concurrence extra-européenne, a choisi d’encourager le dumping intra-européen.

On voit là toute la perversité du système mis en place avec la complicité de la droite et la gauche au Parlement européen, droite et gauche dont Macron fait aujourd’hui la synthèse.

Ce même Emmanuel Macron dont la tournée en Europe de l’Est pour appeler à une révision de la directive travailleurs détachés s’est soldée par un échec total. Comme souvent c’est bien l’absence de volonté politique qui caractérise ici nos dirigeants !

Si des réponses temporaires et immédiatement applicables existent – comme la fameuse clause Molière, imposant l’usage de la langue française sur les chantiers – en réalité il n’y a qu’une vraie solution : l’abrogation pure et simple de cette directive !

À propos de l'auteur :

Voir tous les articles de

2018-02-08T11:00:34+00:00